La complainte et le jeu de Pierre de La Broce, chambellan de Philippe-le-Hardi, qui fut pendu le 30 juin 1278

Title

La complainte et le jeu de Pierre de La Broce, chambellan de Philippe-le-Hardi, qui fut pendu le 30 juin 1278

Synopsis

La Broce, favourite of the king falsely accuses Marie of Brabant the queen of poisoning the king's son by a previous marriage. Philippe calls fortune tellers for their opinion, eventually presses no charges. Two years later comes across a letter addressed to La Broce; the contents remain unknown but La Broce was quickly arrested and executed.

Transcription

La complainte de Pierre de La Broce

Heu! heu! michi! las chétif, domine,
Cri-je merci à Dieu com chétif aminé;
Certes bien le doi estres, car pieà ne finé,
De porchacier la honte dont je suis afiné.

Job fu riches et povres, ce nous dist l'escripture;
De sa richèce fu bons vers Dieu par mesure
Et de sa povreté fist-il bien sa droiture;
Anemis ne le pot ains prendre à desmesure.

De ce ne puis-je pas faire au pueple lonc conte:
Ne porquant s'ai éu assez d'avoir au monde,
Dont péusse avoir fet que fusse de mal monde.
Convoitise m'amort qui maint preudhomme afonde.

Por ce vueil ma légende ainz que je muire fère;
D'acompaingnier à Job me déusse bien tère.
Il soufri quanqu'il ot el non de Dieu le père;
Ne sai gré de la moie à Dieu ne à sa mère.

Ne porquant j'ai trop bien ma dolor deservie,
Quar ne cuit pas au monde homme qui soit en vie
Ait éu plus de moi grâce ne seignorie
Qui sitost l'ait perdue. Las! ce m'a fet envie.

Envie que j'avoie d'avoir trop covoitier,
Las! chétis, j'en avoie plus qu n'éstoit mestier.
Or m'a si convoitise gété en un sentier
Dont je ne puis issir tant i sache aguétier.

Las! que valoie gie? j'ai éu mal corage.
Avoirs me catoilloit dont j'avoie à outrage.
J'ai resamblé le chien qui passe son rivage,
Qui por l'ombre de l'eve laisse cheoir son fromage.

Tout ainsi ai-je fet par male convoitise
Où j'ai éu mon cuer et m'entencion mise.
Convoitise resamble cil qui le feu atise
Qui l'alume si grant qu'il covient qu'il se cuise.

J'ai fet en tel manière dont j'ai la char dolente.
Si vous dépri por Dieu nus ni mete s'entente.
Ne porquant nous savons que li douz fruis de l'ente
Eve et Adam deçut; chartre en avons présente.

En ceste guise m'a avoirs trop décéu
De ce que maint preudomme estoient esméu
De doner, de promettre; aucun l'ont bien véu,
De moi ont fet Adan: novèle en ai éu.

Il m'ont esté serpent. Tant m'i ont aguétié
Si me donoient-il par leur grant amistié.
Or m'ont par convoitise hors d'entour aus chacié
Aussi comme Adam fu de paradis vuidié.

Hélas! ma pénitance est trop grief et vilaine.
Ds onques puis que Diez ot prise char humaine
Homme si haut monté ne fu mès en tel paine;
Or se gart bien chascuns comment il se demaine.

Je me sui, ce me samble, demenez folement;
Ne pourquant si estoie de bel contenement:
M`wa la fole penssé de mon entendement
Que j'avoie m'a mis à désavancement.

De moi ont fet adroit selonc cèle droiture;
Car j'avoie le cuer trop plein de desmesure.
Ne porquant je fesoie selonc ma reverture,
Car vilains cuers si doit reperier à nature.

Mon père fu vilains et si fu chevaliers,
Et de garir les plaies fu ses premiers mestiers.
Et je restoie uns mestres qui amassoit deniers;
Je cuidoie estre en haut: or sui des darreniers.

Las! dolent qu'ai-je fet? - la clef de France avoie;
N'estoit ne dus ne conte se l'encontraisse en voie,
Se je le saluaisse, qui n'en éust grand joie.
Or ai-je d'aus joué à la boute en corroie.

Las! il est trop liez qui doner me pooit!
Abé, prélat, évesque, chascuns à moi donoit.
Or puis-je bien bouter ma main en vuit booit;
L'oue est et morte et vive qui les gros oes pouoit.

L'oue a non le roiaume, que l'en apele France,
Où il a tant de bien et de vraie sustance.
Las! chétis, j'en avoie plus que ma soustenance;
Or en sui forsgetez par fole outrecuidance.

Las! j'ai éu le cuer plain de forsenerie;
Viles, chastiaus avoie et toute seignorie,
Et avoie souz moi chevaliers de mesnie.
C'estoit bien contre droit: ce ma tolu la vie.

Aucun ne sevent pas por quoi condampnez sui.
Aussi nel' sauront-il que puisse par moi hui;
Ms je vous di bien tant que grant piea m'esmui
A fre la dolour dont je sueffre l'anui.

A tous faz savoir qu'il i a plus d'un cas:
Ils puéent bien savoir que ce n'est mie à gas.
J'ai servi l'anemi qui m'a mis en ses las:
Por Dieu proiez por moi aussi comme d'un las.

Ahi! gentil baron, por Dieu et por Saint Père,
Hé! gentiz rois de France qui estes mon compère,
Bien sai que sui livrez par teus à mort amère!
De mes enfanz aiez pité et de la mère.

De moi sui corouciez, ce vous puis-je bien dire:
Bien me doit toz li mons et gaber et despire.
Cels qu'avancié avoie a convenu eslire
Et les a l'en fors mis du roiaume en l'empire.

Ahi! gentil serjant qui estes demoré,
Quar penssez de bien fère, mon duel ert tost ploré;
Je sui près de la mort: auques m'a açoré.
Tout ce m'a fet envie qui m'a déshonoré.

Je voloie mal fère cels qui m'ont fet aidance
Par male convoitise qui m'a mis en balance;
Mès Diex qui autrefoiz le règne a fet aidance
Contre lui n'ira nus qui n'en ait destorbance.

Por qoi c'est li plus dignes de la crestienté
Et cil qui en est rois il est de Dieu renté.
Bien m'avoit l'anemi de son fort vent venté
Quant voloie du monde destruire la plenté.

Ahi! gentiz roïne, preux et vaillant et sage,
J'aportai-je de vous une fois faus message
De ce c'onques n'éustes en cuer ne en corage:
Or en estes vengie voiant vostre barnage.

Hé! enfés Loeys, de toi ne me puis tère;
En paradis soit t'âme devant Dieu nostre père.
Por ta mort diffamai la dame debonère:
Si est mult bien resons la mençonge compère.

C'est la riens en cest mont qui plus grevé m'i a;
Or m'aperçoif-je bien que cil qui envie a,
Qu'il est de la mesnie qu'on dit: "trop en i a."
Bien pert que le déable près de moi se lia.

Péchiez avoit trop mis mon cuer à desmesure;
J'avoie parchemin séelé sans droiture
Ou j'éusse enz escrit tant de male aventure
Qu'il en éust pesé mainte bele figure.

Seignor, plus i a cas que je ne vous diroie:
Com plus en conteroie et plus de honte auroie.
J'ai déservie honte bien est drois que je l'aie;
J'estoie en droit sentier: or sui hors de la voie.

En droit sentier estoie, ce set bien tout le monde;
Honorés et amés et de duc et de conte.
Or vous puis-je bien dire, por voir le vous aconte,
Que cil qui plua m'amoient plus m'i feront de honte.

Seignor, au douz cors Dieu commant-je toute France,
Et mon seignor le roi que Diex gart de pesance!
Il pert bien que Diex l'aime, fet en a démonstrance:
Penssez tuit de bien fère, Diex vous en doinst puissance!


Method of Punishment

hanging

Crime(s)

treason?

Gender

Date

URL

https://play.google.com/books/reader?id=BKgTAAAAQAAJ&printsec=frontcover&output=reader&authuser=0&hl=en&pg=GBS.PA23
http://archive.org/stream/lacomplainteetl00unkngoog#page/n9/mode/1up

Notes

in 13C dialect?

editor Achille Jubinal says they're from MS du roi 7218, f. 244 and f. 138

Le Theatre Comique en France (http://books.google.com.au/books) says:
La complainte se trouve dans le ms. 837, ff. 244-246
Au début: 'de pierre de la broce'
A la fin: 'Explicit de pierre de la broche'
Elle est reproduite dans le ms. 2765 de la Bib. de l'Arsenal, ff. 221-224

Citation

“La complainte et le jeu de Pierre de La Broce, chambellan de Philippe-le-Hardi, qui fut pendu le 30 juin 1278,” Execution Ballads, accessed October 29, 2021, https://omeka.cloud.unimelb.edu.au/execution-ballads/items/show/997.